Pageliasse

Pageliasse

Note sur les prêtres de la Rome Antique lors du passage de la République au principat

Deux clergés se côtoyaient traditionnellement dans la Rome Antique, les flamines et les pontifes.

 

Un flamine (flamen, inis) était chargé de présider au culte d’une divinité comme Minerve, Mars ou autre. Ils veillaient aux sacrifices, prenaient les auspices dans les entrailles des victimes, etc. Le plus important d’entre eux était bien sûr le flamine de Jupiter, ou flamen dialis.

 

Un pontife (pontifex, icis – de pontem facere, faire un pont) est l’un des préposé à la fabrication et à l’entretien du pont romain. Qu’un collège de personnages religieux soit constitué pour cette tâche montre l’importance de ce pont sur le Tibre pour l’existence même de Rome, marché entre la plaine côtière et les collines, entre l’Etrurie et le Latium. Le chef des pontifices était le Pontifex Maximus. Il avait entre autres la charge du calendrier, tirant au sort les jours fastes et les jours néfastes de l’année : on ne prenait pas de décision les jours néfastes ; et il fallait de temps à autre faire rajouter par le Sénat un mois de quelques jours pour que les mois correspondent aux saisons puisqu’il n’y avait pas encore d’années bissextiles.

 

Un détail de la vie de Jules César nous montre comment ces diverses formes de sacerdoce étaient considérées au premier siècle. Ce jeune noble n’avait que seize ans quand il fut nommé flamen dialis. Peut-être les adversaires de sa famille avaient-ils trouvé ce moyen pour l’écarter du jeu politique, car un flamine ne pouvait briguer aucune charge élective, à la différence des pontifes. Mais un jour où ils étaient majoritaires, ces adversaires sont allés un peu trop loin, ils ont démis Jules César de sa fonction de flamen dialis, et l’on sait quelle carrière politique il a faite ensuite.

 

Une fois parvenu au pouvoir, César se fit nommer Pontifex Maximus, afin de contrôler aussi le domaine religieux. C’est en cette qualité qu’il réforma le calendrier, ce qui évita d’avoir à rajouter les mois de rattrapage des saisons. C’est l’origine du calendrier julien. Les successeurs de Jules César ne se sont pas contentés de reprendre son nom, ils ont joint à leur fonction de prince du sénat celle de Pontife Suprême.

 

C’est ce titre qui est passé à l’évêque de Rome, quand la christianisation de la ville en eût rendu inopérante sa connotation païenne. Et il faut reconnaître que cela exprime bien la réalité du rôle du Pape comme unifiant en sa personne le sacerdoce chrétien, qui consiste à maintenir dans l’Eglise le pont établi par le Christ entre le ciel et la terre. Toutefois l’expression française de Souverain Pontife doit sans doute beaucoup au pouvoir temporel des Papes.

 

  1. Le vocabulaire latin connaît aussi le mot antistes (gén. Antistitis) qui désigne un dignitaire ou un prêtre. Ce mot est passé dans la langue chrétienne, où il désigne plutôt l’évêque.


14/04/2020
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres